L'asthme équin ou RAO est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires profondes (poumons), caractérisée par de la toux, de l'intolérance à l'effort et de la détresse respiratoire au repos.

Environnement idéal pour un cheval atteint de RAO (souffle, emphysème)

Synonymes: RAO (recurrent airway obstruction), emphysème, pousse, souffle, asthme équin sévère.

Maladie des pays à climat tempéré où les chevaux doivent être gardés à l’intérieur une bonne partie de l’année et où le fanage du foin est rendu difficile du à l’humidité relative.

Cause la plus courante de maladie respiratoire chronique chez le cheval. Touche les chevaux, poneys et ânes de plus de 7 ans.

Pas de race prédisposée (poneys et chevaux sont affectés de la même façon) et les hongres, juments et étalons sont atteints en proportions identiques.

Prédisposition familiale: les poulains de parents atteints de RAO ont beaucoup plus de chance de développer la maladie.


Signes cliniques


Il existe une grande variabilité des signes cliniques en fonction de la sévérité de la maladie.

  • Détresse respiratoire au repos: efforts respiratoires, intolérance à l'exercice, participation des nasaux, respiration costo-abdominale (double expiration).
  • Tachypnée: augmentation de la fréquence respiratoire
  • Toux au repos ou à l'effort
  • Tachycardie: augmentation de la fréquence cardiaque
  • Jetage nasal muqueux à muco-purulent
  • Ligne de pousse: muscle de l'abdomen hypertrophié
  • Bruits respiratoires anormaux à l'auscultation: sifflements et crépitements pulmonaires
  • Hypoxémie: diminution de l'oxygénation du sang
  • Mouvements de l'anus synchrone avec la respiration
  • Flatulence pendant les épisodes de toux
  • Amaigrissement

Le RAO en images


Étiologie


L'asthmeéquin ou RAO est une maladie environnementale multifactorielle causée par une hypersensibilité aux particules organiques, poussières et moisissures retrouvées dans le foin et la paille.

Face aux différentes particules présentent dans le foin et la paille (endotoxines bactériennes, champignons [Aspergillus fumingatus, Faenia rectivirgula], β-D glucan,...), le système immunitaire des chevaux atteints de RAO s'emballe et libère toute une série de molécules pro-inflammatoires (cytokines, interférons, etc) provoquant un afflux massif de cellules inflammatoires (neutrophiles, mastocytes, ...) dans les poumons.

L'inflammation pulmonaire plus ou moins sévère a plusieurs conséquences sur la fonction pulmonaire de ces chevaux:

Mucus en quantité augmentée dans la trachée, carina (bifurcation des bronches) très épaisse et diminution du diamètre de la trachée lors d'épisodes de toux (collapse)

1) Broncho-constriction: fermeture des bronches

2) Augmentation de la production de mucus et diminution de la clearance muco-ciliaire menant à la formation de bouchons de mucus.

3) Remodelage des voies respiratoires profondes (hypertrophie des muscles lisses bronchiques, fibrose,...). Jusqu'il y a peu, le RAO était considéré comme une maladie totalement réversible. On sait maintenant qu'un certain degré d'obstruction des voies respiratoires persiste même après résolution complète des signes cliniques.


Diagnostic


Le diagnostic se fait en 2 étapes:

ETAPE 1: Écarter une cause infectieuse de détresse respiratoire (pneumonie). Pour cela, l'anamnèse, l'examen général, une prise de sang ainsi que dans certains cas, une échographie ou une radiographie pulmonaire doivent être réalisés.

 

Cytologie d'un lavage broncho-alvéolaireETAPE 2: Mettre en évidence l'inflammation pulmonaire afin de la quantifier et de déterminer le type de cellules inflammatoires présentes dans le poumon. L'examen de choix est un lavage broncho-alvéolaire. Ce dernier se fait sous sédation légère lors de la bronchoscopie ou à l'aveugle à l'aide d'un cathéter spécial enfoncé jusque dans le poumon. Un liquide stérile est injecté via le cathéter ou à travers l'endoscope puis ré-aspiré et analysé au microscope.

L'endoscopie des voies respiratoires permet de mettre en évidence une inflammation des voies respiratoires supérieures, de quantifier les sécrétions dans la trachée, de visualiser la carina (première bifurcation des bronches), de déterminer le degré d'hyperémie des voies respiratoires profondes ainsi que de mettre en évidence des bronchospasmes lors d'épisodes de toux (dans les cas les plus sévères).

Endoscopie respiratoire avant de faire le lavage broncho-alvéolaire. Cet examen permet de visualiser la trachée et de quantifier les sécrétions qui s'y trouve, de visualiser la première bifurcation bronchique et d'évaluer l'hyperémie et le degré de collapse bronchique.


Traitements


Modification de l'environement:

La plus grande partie du traitement consiste à retirer le cheval de l'environnement qui le rend malade. Il et donc primordial d'essayer de mettre ces chevaux en prairie la plupart du temps. Un cheval est un herbivore normalement habitué à vivre dehors quelque soit la température (à condition bien sur qu'il puisse s'abriter du vent et de la pluie).

Quand ce n'est pas possible, il devrait être gardé dans un environnement sans poussière afin de réduire la quantité de particules inhalées responsables de l'hypersensibilité.

Ne plus donner de foin: Le foin est la première source de ces particules. Il est donc à retirer

Système commercial de stérilisation du foin. Permet de continuer à nourrir le cheval atteint de RAO avec du foin à longues fibres tout en réduisant considérablement le nombre de particules inhalées.

purement et simplement sous peine de voir les crises se prolonger et s'aggraver. Il peut être

remplacé par une alimentation complète (grains et foin sous forme de pellets extrudés), du foin en cube, ou du foin traité thermiquement.

Changer la litière: la paille contient autant de particules responsables de l'hypersensibilité que le foin. Il est donc essentiel de changer les litières de paille pour des litières moins poussiéreuses (copeaux de bois commerciaux dépoussiérés, litière de journaux, paille traitée thermiquement,...).

Autres moyens à mettre en œuvre: ne pas stocker le foin et la paille tout près du box du cheval atteint de RAO, sortir le cheval lorsque les box sont faits, ne pas balayer les allées en présence du cheval malade ou si ce n'est pas possible, arroser le sol avant de balayer,...

Traitements médicamenteux:

Traitement d'un cheval atteint de RAO avec un Equine HalerLes anti-inflammatoires: Un traitement à base d'anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes) peut aider à diminuer l'inflammation pulmonaire plus rapidement. Les corticoïdes peuvent être administrés par voie systémique (intraveineux, intramusculaire, oralement) ou par inhalation (aérosol ou inhalateur MDI). Leur type, leur fréquence d'administration, la durée et la dose devront être adaptés en fonction des résultats de la cytologie du lavage broncho-alvéolaire.

Les bronchodilatateurs: Les signes cliniques observés durant les crises d'asthme sont directement reliés à la fermeture des voies respiratoires (broncho-constriction). Un traitement visant à ouvrir les bronches permet donc au cheval de se sentir rapidement mieux. Dans ce cas-ci également, les bronchodilatateurs peuvent être administrés par voie systémique (sirops) comme par inhalation (aérosol ou MDI).

L'oxygène: Dans les cas les plus sévères, les chevaux ont du mal à oxygéner leur sang. L'administration d'oxygène par voie intra-nasale permet donc de les soulager le temps que le traitement anti-inflammatoire fasse effet.

Les stabilisateurs de mastocytes: Dans certains cas, le pourcentage de mastocytes à la cytologie est très élevé. Un traitement plus ciblé visant à empêcher leur dégranulation peut alors être tenté.

Il existe toute une série de produits naturels, sirops et autres compléments alimentaires commercialisés pour les chevaux atteints de maladies respiratoires chroniques. Pour le moment, leur efficacité n'a pas été prouvée.

 


Pronostic


Le pronostic dépend en grande partie du stade de la maladie au moment du diagnostic et des mesures préventives qui seront prises afin d'éviter d'autres crises.

Les chevaux atteints d'asthme qui ne sont plus exposés aux particules responsables de leur hypersensibilité pulmonaire ne représenteront plus de crises dans la majorité des cas. Par contre il est difficile d'évaluer si le remodelage pulmonaire (si présent) pourra s'améliorer avec le temps.

Les animaux qui ne peuvent être complètement soustraits à l'environnement qui cause les crises devront être maintenus sous traitements aux corticoïdes dans le but de limiter la progression de la maladie. Certains chevaux récupèreront une activité sportive totalement normale, pour d'autres, l'ajout de bronchodilatateurs avant l'exercice s'avèrera nécessaire.